Communiqués

Action devant le complexe Guy-Favreau

 Le 1er mai 2022, à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs, l’Avant-garde communiste du Canada s’est rendue devant le Complexe Guy-Favreau, édifice du gouvernement canadien situé à Montréal, pour dénoncer l’État impérialiste du Canada, rouage central de l’exploitation des travailleurs. Suite à cette action, l’Avant-garde communiste du Canada a pris part à la manifestation organisée par la Coalition du 1er mai au centre-ville de Montréal.


Camarades ouvriers du Canada!

Nous sommes le 1er mai, jour où les travailleurs de tous les pays se lèvent en même temps pour célébrer leur union et réclamer la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme! Nous sommes le 1er mai, jour de lutte contre la bourgeoisie et pour le socialisme!

En cette Journée internationale des travailleurs, nous sommes venus dénoncer, au nom de la classe ouvrière, les crimes de la bourgeoisie canadienne devant les bureaux de son gouvernement fédéral au centre-ville de Montréal. Nous disons bien son gouvernement, car le gouvernement du Canada, comme l’État canadien dans son ensemble, n’est pas celui des travailleurs du pays. Qu’il s’agisse des travailleurs du Québec, de l’Ontario, des provinces de l’Ouest ou des provinces maritimes, aucun n’est représenté par cet État étranger et hostile : cet État qui n’est rien d’autre que le résumé officiel des intérêts de la classe capitaliste canadienne.

N’est-ce pas cet État qui protège la propriété de la bourgeoisie? N’est-ce pas cet État dont l’ossature même se confond avec celle des grands monopoles capitalistes comme le Canadien Pacifique ou SNC-Lavalin? N’est-ce pas cet État qui légalise l’exploitation des travailleurs et qui interdit toute lutte conséquente en faveur de la propriété collective? N’est-ce pas cet État qui est chargé de réprimer le mouvement ouvrier, comme il l’a fait l’an dernier en décrétant une loi spéciale pour mater la grève des débardeurs du port de Montréal?

Oui, c’est bien cet État bourgeois qui écrase sous son poids les travailleurs de tout le pays! Depuis deux ans maintenant, le gouvernement fédéral et l’État canadien, en plus de s’être montrés incapables de mettre en place des mesures pour protéger la santé des masses face à un virus mortel, déploient une politique qui ruine les travailleurs. Au lieu de puiser dans les poches des riches pour financer ses dépenses de crise, l’État canadien a fait tourner « la planche à billets » et a subventionné le grand capital à coups de milliards de dollars, générant une inflation monstrueuse qui s’abat maintenant sur les masses populaires et les appauvrit. Ce que la bourgeoisie présentait comme une « aide généreuse » aux travailleurs au début de la pandémie, elle leur fait finalement payer de manière injuste à travers une hausse généralisée des prix ayant pour effet de couper le salaire réel des ouvriers. Aujourd’hui, les prolétaires souffrent de la vie chère et du chaos économique. Mais malheureusement, le pire est encore à venir.

Camarades, l’heure est grave! La bourgeoisie canadienne, comme la bourgeoisie de tous les pays soi-disant civilisés, fait rouler les tambours de la guerre et cherche à entraîner les travailleurs dans un nouveau carnage impérialiste mondial. Suivant de près ses alliés américains, l’État impérialiste canadien alimente présentement une guerre réactionnaire en Ukraine, utilisant les masses de ce pays comme chair à canon afin de mener une lutte destructrice contre la Russie. Le gouvernement canadien fournit de l’armement en quantité massive au gouvernement fantoche ukrainien, en plus de permettre à des milliers de volontaires d’aller se battre contre les Russes. Des troupes canadiennes sont déployées en Europe de l’Est dans le cadre des opérations de l’OTAN menées en prévision d’une confrontation directe avec la Russie. Et c’est sans parler des milliards de dollars supplémentaires – fruit du labeur des travailleurs – que le gouvernement bourgeois canadien gaspillera en dépenses militaires comme il l’a annoncé dans son dernier budget.

Alors que les travailleurs réclament des hausses de salaire et protestent contre l’inflation, alors que les conditions sont propices à l’éveil politique de la classe ouvrière, la bourgeoisie tente de distraire les masses par le fracas des canons en Europe. Elle cherche à convaincre les travailleurs d’appuyer sa politique d’intervention criminelle dont le but n’est rien d’autre que de soumettre les masses d’un pays étranger – l’Ukraine – au joug du capital financier occidental et d’affaiblir la Russie sur le plan militaire et économique.

Camarades ouvriers du Canada! Nous n’avons aucun intérêt à soutenir la politique rapace de « notre » gouvernement et de « notre » classe dominante. Ses agissements ne font que préparer la destruction à grande échelle des forces productives, le sacrifice et la ruine de millions de travailleurs. Camarades, nous devons nous dresser contre le danger de guerre mondiale en prônant l’unité des prolétaires de tous les pays. Nous devons frayer notre propre voie à travers le désordre impérialiste en mettant de l’avant les buts politiques indépendants de notre classe, c’est-à-dire le renversement de la bourgeoisie et la dictature du prolétariat.

Le gouvernement et l’État bourgeois canadiens doivent être détruits. Ils doivent être remplacés par un État ouvrier révolutionnaire qui expropriera la bourgeoisie, remettra les moyens de production entre les mains des travailleurs et garantira la paix et l’amitié entre les peuples. Dans l’immédiat, la tâche qui s’impose de manière urgente est de réarmer la classe ouvrière canadienne en reconstruisant son mouvement politique organisé. Il faut redonner une existence politique au communisme – l’expression générale des intérêts du prolétariat. Il faut doter les travailleurs d’un nouveau parti révolutionnaire capable de les guider vers la conquête du pouvoir politique.

Camarades, il n’y a pas de temps à perdre! Dressons-nous contre la politique impérialiste de la bourgeoisie! Unissons-nous dans la lutte contre l’exploitation capitaliste! Rassemblons-nous sous le drapeau rouge du socialisme et de l’internationalisme! Bâtissons le nouveau parti communiste de la classe ouvrière canadienne! Vive la Journée internationale des travailleurs! Vive la lutte des prolétaires de tous les pays pour le communisme!

Couverture du livre "Le Nouvel Idéalisme"

Le discours suivant a été prononcé le 1er octobre dernier lors du lancement de notre livre « Le Nouvel Idéalisme : Comment le postmodernisme sert les fins du capital». Veuillez noter que le livre est présentement en vente tous les samedis à la Maison Norman Bethune. Le texte du livre est également disponible en intégralité sur le site des Cahiers canadiens du matérialisme historique.

Manifestants du PCR avec drapeaux lors du 1er mai
Article originellement paru dans le journal Iskra, l’ancien organe central du PCR-Canada.

Le 1er mai 2021, après avoir tenu notre manifestation politique autonome à partir du centre-ville de Montréal, nous avons rejoint le rassemblement organisé par les centrales syndicales au parc Lafontaine afin d’interpeller les travailleurs en lutte

Portrait de Fidel Agcaoili
Article originellement paru dans le journal Iskra, l’ancien organe central du PCR-Canada.

Ce message a été lu le 8 août 2020 à l’occasion de l’hommage que ses camarades et amis canadiens ont rendu au camarade Fidel Agcaoili.

Bâtissons le nouveau parti communiste de la classe ouvrière canadienne